La bière belge, classée au patrimoine UNESCO

À l’image des climats de Bourgogne en 2015, la bière belge et la brassiculture entrent au patrimoine mondial. Du houblon, de l'orge et de l'eau que Wallons et Flamands consomment à raison de 74 litres par an et qu’ils célèbrent dans plus de 30 musées sur le sol national.

Bière belge

La bière belge : partie intégrante du patrimoine vivant

Le Comité de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l'humanité, après examen des dossiers des 37 candidats concourant à l'inscription sur la liste représentative des différentes formes de patrimoine vivant, vient d’annoncer par communiqué que « la fabrication et l'appréciation » de la bière « font partie du patrimoine vivant de plusieurs communautés réparties dans l'ensemble de la Belgique ». L’organisation souligne en outre que « cette culture joue un rôle dans la vie quotidienne et lors des événements festifs ». En saluant ce patrimoine vivant, c’est aussi une longue tradition de partage culturel, au carrefour d’influences diverses, qui est mise à l’honneur. Aux confins des Pays-Bas, de l’Allemagne et de la France, la Belgique perpétue les traditions de ses voisins, tombées en désuétude dans leur pays d’origine.

Tradition de la bière et savoir-faire salués par l’UNESCO

À chaque village, sa bière ! Avec 250 brasseries sur le territoire national et plus de 3 000 sortes de bières différentes, la Belgique cultive une tradition séculaire où se côtoient une multitude de goûts et de couleurs. Ici, les amateurs ont l’embarras du choix, entre pils, gueuze, lambic, faro, trappiste, spéciale à la robe ambrée, brune, blanche, rouge. Ces bières belges sont issues d’une diversité brassicole autorisant de nombreux modes de fermentation, d’assemblage ou de vieillissement en tonneaux. En reconnaissant cette richesse culturelle et créative, l’UNESCO donne ses lettres de noblesse à un art qui attire à nouveau les jeunes générations de brasseurs, ouvertes sur l’international.

Un autre lien peut vous intéresser :