De l’Égypte ancienne aux brasseries du XXIe siècle, la longue histoire de la bière

Les Anciens en connaissaient déjà la recette, et sa manipulation puis sa fabrication resta réservée, jusqu’au Moyen-Âge, aux prêtres et aux moines… Découvrez le long parcours de la bière, cette boisson aussi divinement bonne que bénie des dieux, de l’Antiquité jusqu’à nos jours !

Allocation de bière Egypte

La bière, ce don tombé du ciel

Il fut une époque où la bière n’était rien de moins qu’un don tombé du ciel.

Non, non, vous ne rêvez pas. Qu’on vante ses origines divines, comme dans l’Égypte ancienne où seules les prêtresses étaient autorisées à la servir, ou qu’on mette en avant ses qualités curatives, comme dans la Grèce antique, la bière a toujours eu quelque chose d’envoûtant.

Pour les Gaulois, grands amateurs de cervoise, c’est même une véritable potion magique. Au XIXe siècle, les recherches de Pasteur éclaircissent une partie du mystère, en révélant l’existence des micro-organismes et leur rôle dans le processus de fermentation.

Mais la bière n’en perd pas pour autant son fascinant pouvoir sur les papilles, tandis que les brasseries se multiplient en Europe.


Image : Allocation de bière 3000 ans avas Jésus Christ, crédits Wikimédia

Brasserie

De l’invention du tonneau à l’ajout du houblon

Non seulement, donc, la bière a traversé les époques depuis les temps reculés de l’Antiquité, mais sa recette s’est perfectionnée au fil des siècles, chaque peuple y apportant un peu de son savoir-faire.

On doit notamment à nos ancêtres les Gaulois l’invention du tonneau, permettant à la fois de peaufiner les techniques de fermentation et de mieux conserver la cervoise. Quant aux peuples nordiques, ils ont eu la brillante idée d’ajouter le houblon au mélange de grain et d’eau alors en usage.

C’est ainsi que la bière, qui avait presque atteint la forme sous laquelle on la connaît aujourd’hui, devint sous Charlemagne une boisson à la fabrication réglementée et, à partir de la Renaissance, réservée aux maîtres-brasseurs.

Nombreux sont ceux qui auraient aimé goûter cette gueuze dont le goût était réputé plus fort et plus amer qu’aujourd’hui… et vous ?

Un autre lien peut vous intéresser :